• Colloques,

Précisions et Droits de l'homme

Publié le 7 janvier 2015 Mis à jour le 13 mai 2016
Date(s)

le 5 février 2015

de 9h30 à 17h30
Lieu(x)
Bâtiment F (Simone Veil)
F 352
Depuis que les droits de l’homme ont intégré les ordres juridiques nationaux, leur formulation a été à l’origine de controverses et constitue toujours un facteur de division.
La généralité et l’abstraction des énoncés, ainsi que l’emploi de formules ambiguës ont suscité des critiques. D’illustres théoriciens et philosophes du droit (Bentham, Kelsen,Villey...) ont dénoncé les risques générés par ce flou, liés notamment à la démocratie et à l’effectivité des prétentions consacrées. En France, le processus de mise en oeuvre de la Charte de l’environnement a récemment fait resurgir des interrogations classiques qui gagnent à être appréhendées dans le cadre d’une réflexion générale. Les évolutions du contexte, avec la large intégration des droits de l’homme en droit positif, et la montée en puissance des juges dans les processus de leur réalisation, rendent l’enjeu plus déterminant que jamais. Ce colloque entend contribuer à davantage explorer cette problématique à travers la confrontation de points de vue théoriques et pratiques, et dans une perspective comparative à partir du cadre français et d’autres ordres juridiques.
Comment penser et définir la précision des droits de l’homme ? Quel rôle joue la précision des droits de l’homme dans les raisonnements déployés par les acteurs juridiques ? Quelles sont les implications de la formulation des droits de l’homme au regard du principe démocratique ? Quelle est l’incidence de cette formulation sur
l’effectivité des droits et leur réalisation concrète ?

Mis à jour le 13 mai 2016